Symptômes d’une fausse couche

Ce qu’on appelle fausse couche est un arrêt spontané de la grossesse et ce, avant le 5e mois de grossesse environ, date de viabilité d’un fœtus. Chaque année, rien qu’en France, ce sont environ 20 000 fausses couches qui surviennent, ce qui représente entre 10 à 15 % des grossesses. Il semblerait même que les chiffres soient un peu plus élevés car certaines femmes font une fausse couche avant même qu’elle sache qu’elle est enceinte.

Informations importantes sur le sujet

C’est durant les 3 premiers mois que les risques sont grands et ils le sont encore plus lorsque la femme est âgée de plus de 35 ans. Il y a 4 types de fausse couche dont le premier est la fausse couche précoce qui survient avant 14 semaines d’aménorrhée et le second est la fausse couche tardive qui arrive entre 14 et 22 semaines d’aménorrhée qui concerne environ 1 % des grossesses. Troisièmement, il y a la fausse couche isolée qui n’empêche pas de futures grossesses tout à fait normales. Et enfin, il y a les fausses couches répétitives qui concernent 1 à 5 % des femmes.

Les symptômes qui doivent alerter

Le problème est que parfois, il n’y a aucun symptôme. C’est le cas si le sac gestationnel qui doit contenir le bébé est vide, on parle d’un « œuf clair », ou de l’absence de battements cardiaques. Mais le plus souvent, il y a des symptômes accompagnant la fausse couche, tels que des saignements vaginaux, peu ou abondants, en continu ou irréguliers, d’un rouge vif ou plutôt brunâtres. Et puis, il peut y avoir l’expulsion des bouts de tissus brunâtres ou des caillots de sang par le vagin. Certaines femmes ressentent alors de vives douleurs, d’autres souffrent moins, et ces douleurs se situent soit dans le bas du dos soit au ventre et s’accompagnent de crampes pelviennes comme celles durant les règles. Cependant, en début de grossesse, des femmes peuvent avoir un écoulement de sang peu important, il n’y a généralement pas lieu de craindre une fausse couche. Mais dès lors que des douleurs surviennent, il est temps de consulter.

Quand consulter en urgence ?

Il faut immédiatement se rendre chez son médecin ou son gynécologue au cas où les saignements sont abondants, associés à des symptômes de choc tels qu’un étourdissement, des malaises, une faiblesse générale, des nausées et des vomissements, des palpitations ou un ralentissement cardiaque. On peut être en face d’une fausse couche hémorragique qui nécessite quelquefois une intervention endo-utérine afin d’arrêter l’hémorragie. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une fausse couche isolée est due le plus souvent à une anomalie du développement du fœtus, plus précisément des chromosomes. Ce genre de situation arrive plus fréquemment aux femmes plus âgées. Mais les fausses couches répétitives peuvent être en raison d’une anomalie chromosomiques ou génétiques, d’une altération hormonale, d’une anomalie de la cavité utérine d’une femme, de maladies tells que le diabète de type 1 ou d’une hyperthyroïdie, le tabagisme ou l’obésité, l’alcoolisme ou la qualité du sperme de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.